3 Comments

  1. whisky
    10 juin 2014 @ 23 h 35 min

    Il n’y a pas d’âge minimum du passager et quelle que soit la cylindrée.
    Il faut juste (c’est une obligation) soit que les pieds du passager puissent se poser sur les repose-pieds, ou alors si le passager est vraiment jeune (si les pieds ne touchent pas les repose-pieds) équiper le scooter d’un siège enfant.

    conseil : prend 2 ou 3 leçons de conduite d’un 2 roues, ce n’est pas une voiture, pour toi et pour ton fils

  2. stéphanie P
    10 juin 2014 @ 23 h 44 min

    Y a pas d age minimum pour le tranport d enfant mais un faut un siege homologue avec des cales pieds et un casque si possible integral.Mais surtout il faut que l enfant se plaise a faire du deux roues,que ce ne soit pas simplement pour que papa aille plus vite au travail ensuite ;-).Je fais de la moto avec ma fille de 4 ans sans aucun probleme et simplement a sa demande.2 ou 3 heures de cours en moto ecole peuvent aider a se sentir plus a l aise sur a 2 sur le scooter.
    cordialement

  3. FlatFab
    11 juin 2014 @ 0 h 28 min

    La loi ne fixe pas d’âge minimal pour le passager, c’est sa taille qui compte.
    Premier principe: l’enfant passager doit être assis sur la selle avec les pieds qui touchent les repose-pieds.

    Et règle numéro 1: l’enfant jamais devant le conducteur !!
    En cas d’accident (le plus souvent avec choc frontal), il jouerait le rôle d’airbag, vous l’écraseriez entre vous et le tableau de bord.
    De plus, c’est illégal, le passager doit se trouver derrière vous, vous risquez une amende de 150 euros. En cas d’accident corporel, l’assurance pourrait refuser de vous indemniser.

    Le code de la route français (article R431-11) stipule qu’un enfant de moins de 5 ans doit être assis et attaché sur un siège homologué, avec des repose-pieds intégrés et réglables, et doté d’une poignée ou une ceinture.

    Des sièges enfants pour moto existent à partir de 2 ans et demi et jusqu’à 8 ans, âge auquel la plupart des enfants sont assez grands pour pouvoir utiliser les repose-pieds de la moto (cela peut varier en fonction des modèles de moto).

    L’adulte qui pilote la moto doit vérifier que les jambes de l’enfant ne pendent pas et ne peuvent se coincer entre la roue et la partie fixe.

    De l’avis médical, il reste déconseillé de transporter à moto un enfant de moins de 12 ans, voire dangereux en dessous de sept ans.

    Inutile de préciser qu’il vaut mieux réduire la vitesse avec un enfant derrière soi et éviter de trop “pencher”.

    Pour réduire encore les risque de chute, un top-case ou un sac fixé sur le porte-paquets lui évitera de basculer en arrière. L’enfant doit aussi pouvoir se tenir fermement au pilote, à la ceinture de la veste ou à une ceinture spéciale munie de poignées.

    Par ailleurs, il faut rappeler que les trajets en moto fatiguent. Or un enfant possède moins de résistance, il se fatigue plus vite qu’un adulte et risque facilement de s’endormir, surtout par temps chaud. Prendre la route avec lui impose de faire plus de pauses que d’habitude, au moins toutes les demi-heures, en en profitant pour lui rappeler les règles de sécurité, vite oubliées par une cervelle enfantine.

    Comme vous ne voyez pas votre petit passager, il vous est impossible d’observer son comportement comme en voiture et de percevoir à l’avance ses réactions. Il peut même arriver d’oublier sa présence pour peu que l’on soit absorbé par la conduite. Il faut donc se limiter à de petits trajets, prévoir des arrêts fréquents (toutes les 20 à 30 minutes), s’assurer qu’il n’a pas froid et qu’il ne s’endort pas, maintenir un contact permanent.

    Rappel de bon sens, l’enfant doit être aussi bien (voire mieux) protégé que l’adulte et porter une tenue de protection complète, qui couvre l’ensemble du corps.