7 Comments

  1. Fée du Logis
    20 mai 2011 @ 23 h 26 min

    Faire faire illico un constat d’huissier, prendre un avocat, et attaquer l’assureur.. Pas le choix, hélas !
    Ceci dit, un plafond qui s’écroule, ce n’est pas banal ! Dans quelles circonstances est-ce arrivé ? C’est peut-être là qu’il y a un blême (travaux, mobilier ou usage inadapté…). Bien relire le contrat.
    Bien garder les papiers (retour de la lettre en recommandé refusée) comme preuve.

  2. alb61139
    21 mai 2011 @ 0 h 25 min

    S’il a refusé la lettre AR.. il n’a pas eu connaissance de sa teneur..le fait qu’il l’ai refusé joue contre lui. Il est tjs bon , en même temps que cette lettre, d’envoyer un courrier ordinaire. S’il s’agit d’un courtier, il est aussi possible de le court-circuiter et de s’adresser directement à la compagnie en la menaçant de porter ce litige sur la place publique avant d’engager un avocat, toujours onéreux. Par cette procédure, j’ai même pu obtenir un remboursement de primes qui était abusives.. et ce après la résiliation de mon fait.

  3. fan_13_intelo
    21 mai 2011 @ 0 h 46 min

    Conserver la preuve de la lettre recommandée.
    Tout depend aussi de la cause de l’incident : verifier dans les conditions particulières ou genérales de votre contrat si ce type d’accident est garantit par ce contrat.
    Puis prendre contact avec une association de consommateur et surtout ménacer votre assureur de le trainer en justice … ça … ça nous fiche la trouille car on perd 95% de nos procès étant donné qu’on est sensé bien conseiller nos clients … En droit « Vice de conseils »

  4. domil314
    21 mai 2011 @ 1 h 35 min

    D’après ce que vous décrivez, vous avez pris une assurance pas chère, sans courtier, uniquement à distance. Donc désormais, vous en assumez les conséquences dont n’avoir aucun interlocuteur physique. Un courtier, une vraie personne avec un cabinet, ça a du bon … vouloir faire des économies de ce type, ça se paye toujours un jour.

    Il faut relire votre contrat et les clauses pour savoir ce qui est garantie ou non.

    La LRAR refusée peut être simplement que vous n’avez pas adressée votre lettre à la bonne adresse. La jurisprudence a déjà estimé qu’une LRAR envoyée au siège social est toujours valable même si ce n’est pas l’adresse donnée dans le contrat pour le motif de cette lettre (par contre, si vous avez envoyé à un établissement secondaire tout en ne respectant pas l’adresse contractuelle, votre LRAR n’a aucune valeur)

    Vos mails n’ont strictement aucune valeur.

    Vous commencez par déclarer le sinistre, par écrit, en suivant la procédure du contrat et en ayant des preuves (attention, vous n’avez souvent que 48h pour le faire). Ensuite, sans prise en compte, vous attaquez votre assurance en justice.

  5. michel c
    21 mai 2011 @ 2 h 10 min

    en fait une assurance habitation couvre pour des degats d’eau, des incendies et degats electriques mais pas pour des travaux internes tel qu’un plafond qui s’écroule a moins que celui ci se soit écroulé du a une inondation par exemple. dans le cas contraire l’assurance n’a rien a voir avec ce degat, ils n’en peuvent rien de la vétusté ce qui est différent. si tu dois changer par exemple ton coffret a fusible car on ne peut le réparer ce n’est pas l’assurance qui paye mais toi. si le feu est dans le coffret la il intervienne c’est donc différent . si le lustre tombe par vibration de camions il n’intervienne pas . si le lustre brule ils le font etc .
    tu n’as donc aucun recours sur ton plafond si ce n’est de le réparer a tes frais , ce ne sont pas des assurances omnium et essaye de te calmer car ils pourraient si tu fais du scandale supprimer cette assurance et te renseigner au groupement des assurances comme un cas douteux ce qui te ferait mettre dehors a pas mal de compagnies, j’ai eu le cas avec une voiture

  6. anngrimber
    21 mai 2011 @ 3 h 09 min

    C’est sûr qu’un plafond qui s’effondre dans une maison n’est jamais garanti par l’assurance. D’autre part les risques occasionnés sont les vôtres et ne sont pas à des tiers. Etes vous propriétaire de votre bien ? Si vous êtes locataire, il faut prendre contact avec votre propriétaire. Mais si c’est votre propriété à moins qu’elle ait moins de 10 ans d’âge, seule l’assurance décennale pourrait intervenir. Sinon, vous n’avez que vos yeux pour pleurer. Dites vous pour vous remonter le moral, heureusement que vous n’étiez pas dessous ou un de vos enfants. Mais aucune assurance ne garantit ce type de risque. Ou alors il faut que le département ait mis la zone en catastrophes naturelles. Désolée.

  7. le magicien
    21 mai 2011 @ 4 h 01 min

    tu le garde, s’il déçide de te trainer en justice tu auras une preuve, de ta bonne fois.