11 Comments

  1. ndengue
    14 avril 2011 @ 18 h 11 min

    Demande aux américains!!!! et enleve ta langue du postérieur de RASKO

  2. PanchoVilla
    14 avril 2011 @ 18 h 51 min

    Mieux :
    Le télétravail te permettrait d’économiser 5000 Euros en moyenne par an. C’est ce que te coûte ta voiture pour te rendre tous les jours au boulot. Et je compte pas les tonnes de CO2 en moins dans l’atmosphère.

  3. nedjma b
    14 avril 2011 @ 19 h 35 min

    ah oui et que fais tu de la solidarité ? Il est probable que me concernant j’économiserais peut être de l’argent mais il me semble aussi que je ne serais pas très à l’aise de voir crever autour de moi tout ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une assurance maladie correcte.

  4. morsang2005
    14 avril 2011 @ 19 h 52 min

    Combien te paient les compagnies d’assurance pour colporter ces âneries ? Des escrocs comme toi il n’y en a que trop en France et si on veut faire des économies la solution serait de les éradiquer du paysage.

  5. aline
    14 avril 2011 @ 20 h 31 min

    je suis pour , comme aux usa

  6. simba
    14 avril 2011 @ 21 h 03 min

    privatisons tout ! et après on voit les pauvres crever dans des files d’attente pour une simple appendicite !

  7. syl p
    14 avril 2011 @ 21 h 28 min

    Michel Boutaric se base sur une assurance Maladie basée sur la capitalisation donc sur les produits boursiers ……… en cas de Crack que se passe t il ?
    En plus Michel Boutaric base son calcul sur gain annuel des produits boursiers de 10%

    Les défenseurs des fonds de pensions devraient se pencher un peu plus sur les sois disant garanties qu’apportent ses fonds sur la pérennité de nos couverture sociale .

    En effet, à y regarder de plus près on peut faire le constat en étudiant notamment la bourse Américaine de Wall Street, que le principe des fonds de pensions n’est pas une garantie immuable.

    L’évolution de la bourse Américaine a causé la faillite de 192 fonds de pension en 2004, c’est 37 de plus qu’en 2003. C’est vrai, les défenseurs de ce système vous expliqueront que pour palier à ces banqueroutes en cascade, il existe un organisme public de garantie.

    Sauf qu’à force de combler des systèmes en faillites cet organismes voit ses comptes virer au rouge vif. En 2003 le découvert était de 11,2 milliards de dollars, il a doublé en 2004 pour atteindre la somme de 23,3 milliards.
    Il faut noter que cette organisme s’est retourné vers l’état pour pallier à ces problèmes financiers.

  8. kiki93
    14 avril 2011 @ 22 h 19 min

    Mon petit canard, c’est impossible, car des tas de gens dépenseraient leur argent dans des futilités, et certaines ne payeraient pas leurs cotisations, et quand surviendrait la maladie, que se passerait il? des centaines de milliers de personnes a la charge de la société?
    Déja que l’on a ceux qui ne foutent rien de leurs dix doigts….

  9. michel g
    14 avril 2011 @ 22 h 39 min

    Ce serait une remise en question de ce principe de solidarité : aujourd’hui, je ne rechigne pas à payer mes cotisations (qui ont augmenté de 5 ou 6 % en peu de temps). Je ne suis pas malade, et je n’ai pas besoin d’opération médicale lourde (et chère), mais, le jour ou cela m’arrivera, je serais content de ne pas avoir à débourser plusieurs centaines voir des milliers d’euros pour une opération prise en charges grâce à ce principe là. Ainsi aux USA, on peut voir que l’accès aux soins ne l’est pas pour le commun des mortels.. Souvent, des familles n’ont pas opté pour le régime complementaire (même si cela deveint de plus en plus fréquent dans les contrats de travail). Donc, si c’est pour voir une santé à deux vitesses, ce serait illusoire de faire passer ce mesure pour augmenter le pouvoir d’achat, parce que, a contrario, l’aide social aux plus demunis devra encore être plus développée (augmentation de la pauvrété pour endettement médical pour soins lourd). Le principe de l’accès au soins pour les plus démunis, voir les classes moyennes, ne sera plus permis (ou difficilement).
    Augmenter le pouvoir d’achat, mais de qui ? Quelles est la repartition au niveau des revenus des Français par tranche ?

    Enfin, il ne faut pas oublier les dérives du privé ( adieux hopitaux, soins de jour, dispensaire gratuit… etc, bonjour cliniques privées et selectives, inabordables) : diminution de la qualité des soins en vue de la recherche de profits maximum (reduction des coûts).
    Les charges sociales, ont ce côté juste car elles sont (dans l’ensemble) proportionnelles aux revenus.
    Augmenter le pouvoir d’achat… / c’est rendre impossible des rémunérations à plus de 20 000 € par mois, avec une meilleur répartition des revenus (à t’on besoin de 20 000 € par mois pour vivre ????, moi, j’y arrive avec pratiquement 20 fois moins!!).

  10. GIGN
    14 avril 2011 @ 22 h 57 min

    Si on ajoutait dans la paie de chaque salarié, le montant de toutes les prestations sociales payées par le salarié et le patronat, en demandant au salarié d’envoyer lui même les chèques aux différents organismes sociaux .
    Certains feraient, une sacrée gueule en faisant les chèques, et comprendraient enfin ce que coûte un abus d’arrêt de travail d’une semaine pour une maladie imaginaire.

  11. JJ2007
    14 avril 2011 @ 23 h 07 min

    Regarde ce qu’il se passe aux USA. Les assurances privées sont hors de prix… Seule une partie de la population a pu s’assurer correctement. Et bien souvent, les travailleurs qui sont précaires n’en ont pas les moyens. C’est une fierté que j’ai de cotiser pour les malades. Je préfère d’ailleurs côtiser 100 fois pour la sécu que payer des impôts pour le paquet fiscal! Je préfère 100 fois donner mes impôts (et j’en donne en tout près de 300 euros par mois) pour payer les pompiers, les flics, les infirmières, les profs plutôt que les exonérations d’impôts pour ces assujetis à l’ISF!
    J’ai un oncle qui a été 25 ans président d’une mutuelle… Je peux vous affirmer qu’ilm craint l’arrivée des assurances dans ce domaine comme la peste. Les cotisations exploseraient. Une assurance, son but, c’est faire du bénéfice. Hors, plus les gens se soignent, plus ça coûte cher, plus les soins progressent dans les maladies plus graves, plus ça coûte cher. Imaginez un instant, projetez-vous dans une dizaine d’année, une personne âgée dont les enfants sont de simples smicards qui bossent dur pou 1200 euros brut par mois et cette personne ne touche que le minimum vieillesse, et a besoin d’un traitement lourd pour alzeihmer par exemple, découvert dans quelques années, un traitement qui coûte plusieurs milliers d’euros… La peronne ne peut avoir d’assurance maladie privée à cause de son coût, et ses 2 enfants, avec toute la volonté du monde ne peuvent pas… La laisseriez-vous mourir? Sûr vous ne la connaîtriez pas… Mais laiseriez-vous mourir une personne dont la santé physique est très bonne et dont on sait qu’on peut la soigner, mais faute de pouvoir lui garantir le traitement à cause de moyen ? Moi, non, je préfère côtiser tous les mois pour une sécurité sociale solidaire.
    Maintenant, cette question serait-ce le prochain « chantier » de démolition de la majorité UMP, commencé il y a 12 ans par Juppé qui a autorisé les assurances privées à venir concurrencé les mutuelle, ce qui a fait monter de 40 / 50 % les cotisations ?