Crédits immobiliers : Pourquoi faut il scruter les irrégularités ?

Quand vous souscrivez un contrat de crédit immobilier votre premier réflexe est de le lire et de l’examiner méthodiquement. Pourtant, un détail ou, voire même plusieurs  peuvent vous échapper. Ses irrégularités,  même minimes peuvent coûter des millions peut être, des milliards d’euros aux banques si les clients les relevaient. En voici des exemples.

Les irrégularités peuvent être non visibles sans un examen approfondi du contrat

Certaines irrégularités sur le contrat sont des fautes graves et peuvent coûter cher aux banques. Elles sont soit visibles au premier coup d’œil, soit non détectables sans un examen minutieux et en profondeur du contrat.

banqueassur64

Les irrégularités qui sautent aux yeux sont souvent :

  • La mention 360 jours est inscrite dans votre contrat, c’est une irrégularité .Elle est pourtant souvent inscrite dans votre contrat. Elle doit être de 365 jours dans la partie conditions générales, financières ou modalités et lieux de paiement du contrat.
  • La non mention du Taux Effectif Globale, pourtant obligatoire enfreint gravement la loi.
  • Plusieurs autres erreurs peuvent figurer dans votre contrat, et elles sont souvent bien cachées, plus d’une vingtaine d’erreurs ont été répertoriés jusqu’à ce jour, elles peuvent varier de l’erreur de calcul à l’omission d’inscription des informations requises ou celle des frais.

Quelles solutions pour éviter de se « faire avoir » ?

Souvent, certains termes du jargon des banques est indéchiffrable pour le client. Pour aider les clients, il existe des expertises de détection proposées par des Expertiseurs. Le Diagnostic de vos contrats immobiliers peut être réalisé par ceux-ci contre compensation financière d’une centaine d’euros.

Cette expertise vous permettra de ne pas vous tromper et diminuera les risques de présence d’irrégularités sur votre contrat. Avec ce genre d’expertise vous pourrez avoir une analyse approfondie de votre contrat et si un problème est détecté, vous pouvez soit choisir la « diplomatie » soit avoir recours à un avocat. En général, les problèmes minimes entre consommateurs et banques seront traitées à « l’amiable » les Expertiseurs priorisant la médiation.

Avant de vous lancer dans la signature d’un contrat , vous êtes avertis , il vaut mieux l’examiner méticuleusement pour éviter les erreurs, aussi minimes qu’ils soient. Soyez vigilants !